"Life on mars" 
"Le piano que baise une main frêle 2"
en collaboration avec Joffrey Goart. 
Hangar, Bruxelles 2019 
En amont, Lola Meotti déclenche une rencontre avec un accordeur de piano. Puis à Hangar, le piano en question, blanc, trône comme un monument, autour duquel tout gravite, comme une white cube inversée. On ne montrera que ce qui n’est pas censé être vu : les coulisses d’une pratique. Joffrey Goart, accordeur de piano, accorde et Lola Meotti agence. Petit à petit des gestes techniques deviennent actes artistiques, racontent une histoire. Comme le rituel d’une cérémonie à la gloire du doute, de l’ajustement, entre le "déjà" et le "pas encore". Les notes deviennent des signaux envoyés -pourquoi pas- sur d’autres sphères, en quête de réponses. En écho apparaissent des images, des tempètes de sable, des paysages volcaniques, pourquoi pas martiens.  Une fois la performance finie, le piano est rendu aux pianistes, à la manière des pianos de hall de gare. De Monument, il devient Place Publique. 


"Le piano que baise une main frêle" 1
en collaboration avec Joffrey Goart. 
CWB Paris 2019 
Lola Meotti pense ses performances comme le résultat de conversations. Pour celle ci, en amont à Bruxelles, elle déclenche une rencontre avec un accordeur de piano. Puis ici au Centre Wallonie Bruxelles, le piano en question, blanc, trône comme un Monument, autour duquel tout gravite, comme une white cube inversée. On ne montrera que ce qui n’est pas censé être vu. Les coulisses d’une pratique. L’ accordeur de piano accorde, et Lola Meotti installe : vidéo projections, sons, objets.. et peut être même prend sa première leçon. Petit à petit des gestes techniques deviennent actes artistiques, racontent une histoire. Comme le rituel d’une cérémonie à la gloire de l’ajustement, du doute, Entre le déja et le pas encore*. Une fois la performance finie, le piano est "rendu aux pianistes", à la manière des pianos de hall de gare. De Monument, il devient Place Publique. ​​​​​​​

"Armageddon 1", 
Performance le 8 septembre 2018 lors de l'ouverture de la biennale FLUIDE, Thuin, Belgique
Se jouant des codes de la mythologie et de la science fiction, Lola Meotti investit l’église Notre-Dame du Mont Carmel et questionne l’espace et l’identité de ce lieu historique de Thuin.
La nef de cette église récemment déconsacrée devient, le temps de l’exposition, le cadre d'une projection vidéo-sonore activée par une performance de l'artiste lors du vernissage de Fluide.
Dénuée de sa dimension religieuse, l’église devient une place publique mais n’en reste pas moins un décor grandiose qui nous invite à l’introspection. Une vidéo projetée au sol augmente la réalité physique de cette imposante bâtisse, la sublime et l'ouvre vers un nouveau champ des possibles tourné vers la réalité citoyenne. Seule source lumineuse de l’espace, ce n’est plus une lumière divine qui s’y propage mais une succession d’images clichées et romantiques issues de la culture populaire. La bande sonore laisse entendre des extraits musicaux de blockbusters hollywoodiens, confrontés à une voix off familière (Celle de Patrick Poivey, doubleur francophone de Bruce Willis) qui nous informe sur la notion de « burn out ».
Par le biais des artifices du cinéma grand public, Lola Meotti tente d’activer une réflexion sur la place du travailleur dans notre société occidentale, la distance entre un monde de divertissement et la réalité vécue quotidiennement par le peuple. Elle propose une fresque politico-apocalyptique volontairement et ironiquement pathétique. 
Entretien radiophonique avec Thierry Genicot sur la première le 1ère novembre 2018
2017  "Pas de deux" Hong Kong Art Center, en collaboration avec Hao Yang, 
Hong Kong
2017 "Microgravity" Planétarium de Bruxelles, Belgique.
2016 "Disconection 1" en collaboration avec Hao Yang, Halles de Schaerbeek, Bruxelles, Belgique. 
Back to Top